Home

OPINANTAS / M. Lageiste – Je réfléchis à la condition féminine dans les quartiers dits sensibles et je me rends compte que les choses ont bien changé depuis plusieurs années. Pas dans les mentalités, non. Simplement, j’ai attrapé le plus naturellement possible des rides ! Du coup, je ne suis plus de la chair fraîche, tout le monde pense que je suis mariée (ou que si je ne le suis pas, tant pis pour moi, c’est trop tard !). Oui, c’est fou ce que, passé la trentaine, le regard carnassier des hommes sur une femme s’atténue. Tout dépend toutefois de la tenue. Un jour que j’allais assister au mariage d’une amie, j’avais talons hauts, mini-jupe et collants transparents –infernal trio–  et me voici redevenue jeune fille. Mon compagnon n’a pas manqué de remarquer ces comportements animaux à l’égard de ma silhouette. Plus jeune, marchant souvent seule dans la rue, j’en ai entendu des vertes et des pas mures. Un jour que je portais une étagère en kit, fine mais lourde, je croise trois hommes. L’un suggère aux autres de m’aider, un autre répond “elle a voulu le porter toute seule son meuble, elle se débrouille”. C’est une anecdote, parmi tant d’autres. Il semble que notre corps ne nous appartienne pas, et que si l’on décide du contraire, on vexe certains de ces messieurs. Un jour, tandis que j’esquivais le traditionnel compliment “très jolie, mademoiselle”, je fus reprise par l’auteur du mot flatteur, vexée par mon silence, par un furieux “tu pourrais dire merci, salope”. J’ai travaillé, je travaille toujours, dans ces zones urbaines sensibles. Parfois vous peinez à vous faire respecter d’une bande de gamins, un collègue homme arrive, et l’affaire est réglée illico. C’est aussi humiliant que les restaurants où on refuse de vous servir parce que vous êtes une femme. C’est comme lorsque vous rendez service à un homme et qu’il répond à l’homme le plus proche de vous “merci, chef ”!  A côté de ça, il y a les bars où on vous sert à manger quand vous buvez des bières avec une copine pour que vous ne vous soûliez pas trop vite… délicate attention, et couscous délicieux ! Des bars la plupart uniquement fréquenté par des hommes, ce que toutes les femmes remarquent, mais moins leurs homologues masculins. Le café est un espace à conquérir dans ces quartiers, et des initiatives locales de groupes de femmes investissant ces lieux de convivialité, à saluer ! Pour que cessent les malentendus liés à l’absence de communication entre les deux sexes.

Maud Lageiste

Bibliothécaire en banlieue parisienne.

 

'Night in Paris' by Zdenko Zivkovic. (Wikimedia Commons)

‘Night in Paris’ by Zdenko Zivkovic (adapté). (Wikimedia Commons)

Advertisements

Leave a Comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s